Projet

Résistance/ résistance(s) a été un projet ambitieux mené sur le territoire avignonnais et vauclusien, subventionné par la DDCS (direction départementale de la cohésion sociale). Il s’agissait de solliciter une réflexion sur la notion de résistance et un questionnement sur la mémoire de la Résistance 1939/1945.

Il répondait à des nécessités organiques :

Créer une forme de cohésion sociale. Favoriser l’expression des jeunes en situation précaire par le biais de la pratique artistique. Créer un intérêt chez les jeunes pour un mouvement artistique. Décloisonner les frontières entre milieu urbain et rural. Proposer des échanges intergénérationnels. Transmettre une mémoire de la Résistance.

Evénement

Un rassemblement d’ artistes et habitants a été créé afin que chaque personne se rappelle d’où elle vient, ce qu’elle a tiré de ce passé commun, de cette mémoire de 1939-45, afin de s’interroger sur ce que chacun en a fait, sur ce qu’il en est aujourd’hui.

Cet événement a été organisé au Centre Culturel de la Barbière où chacun a pu s’exprimer sur son combat, sa résistance, ses résistances.

Se sont réunis différents artistes, publics, générations, différents quartiers et villages multiples afin d’échanger et résister ensemble.

Participants

Vincent Siano, avec une lecture “Nous étions tous des Terroristes“de Jean Garcin

L’atelier les Z’Urbains de la Maison Pour Tous de Champfleury, avec “On y va

L’atelier théâtre du club jeune du centre social d’Orel, dirigé par la compagnie Chantier Public, avec “Positions résistantes”

Le TRAC, avec le projet “Maquis Ventoux”, dirigé par Thibault Charbonnel

Le MRAP, avec un stand d’information / sensibilisation réalisé en extérieur

L’association Femmes ici et Ailleurs, avec l’exposition “Grandes résistances contemporaines” de Pierre-Yves Ginet

REPY, avec sa performance Graffiti réalisée en extérieur

Les élèves de l’amandier, avec leur exposition de dessins/de sculptures

UZBK, avec son concert de Rap

Jade Neveu, avec son interlude musical au violoncelle

Interventions

La compagnie a mené un travail soutenu de proximité auprès de jeunes de 12 à 15 ans du Centre Social d’Orel.

Le 28 juin, les jeunes ont joué des extraits du spectacle Résister, c’est exister de la Cie Théorème de Planck. Ils se sont emparés de paroles d’hommes et de femmes, ayant résisté à leur échelle et dans leur vie quotidienne à l’occupation allemande.

Le spectacle Positions Résistantes a mis en résonance les paroles de résistants avec la scène muette créée sur le thème du harcèlement à l’école.

Atelier

Le projet Maquis Ventoux a été mené par Thibault Charbonnel auprès des jeunes des villages du pied du Mont Ventoux. La compagnie Chantier Public a effectué auprès de ces jeunes un atelier/rencontre/débat sur la thématique de la résistance. Il s’agissait de faire découvrir aux jeunes du Ventoux le travail que l’intervenante Nathalie Dutour avait mené avec les adolescents du quartier d’Orel, et de faire travailler le groupe de jeunes du Ventoux sur les mêmes enjeux. Le spectacle Maquis Ventoux a été joué dans le cadre de l’événement Résistance(s) d’hier et d’aujourd’hui.

Débats et interviews

Qu’engage le verbe « résister » aujourd’hui pour un adolescent issu du quartier Orel ou Reine Jeanne ? Ou encore pour un enfant de Monteux ou Beaumes de Venise ? Qu’advient-il de la confrontation de toutes ces visions ? Que reste-t-il de la mémoire de la Résistance à l’échelle du quartier Nord-Est, de la ville d’Avignon et des campagnes environnantes ? Des échanges passionnants ont été réalisés entre la compagnie et les jeunes sur ces questions. Une partie de ces échanges a été filmée. Vous pourrez les retrouver dans le film Résistances d’hier et aujourd’hui.

A la radio

Bravo, il ya beaucoup de courage, merci pour les spectacles, ils m’ont fait trop rire, même trop, bon il n’ y’a rien à dire !

Moustapha

Résister, c’est garder l’espoir.

Stephanie

Résister, c’est rester soi !

Evelyne

Résister, c’est se sentir vivant.

Sylvie

Résister, c’est se battre pour la vie.

Patrick

Résister, c’est rester libre. Avoir une pensée autonome.

Catherine