Le projet

La compagnie Chantier public s’est investie dans un projet recherche-action subventionné par l’Agence Régionale de la Santé. Il s’agissait de mettre en place 9 sessions de 8 ateliers auprès d’un public de patients obèses dans 6 sites parmi lesquels : C.S.O. secteur adultes et secteur enfants, Centre Hospitalier d’Avignon, Réseau Marseille-Diabète, S.S.R. Val Pré Vert de Mimet et S.S.R. Le Méditerranée.  Aujourd’hui, la compagnie intervient au sein du programme Equilibre de la Clinique Saint Christophe.

Les objectifs

L’estime de soi et l’image du corps sont très souvent altérées chez le patient obèse mais peuvent être modifiées, améliorées grâce à l’atelier théâtre.

Le manque d’estime de soi peut s’exprimer par différents biais : timidité, manque de confiance en soi ou difficulté à s’exprimer devant un groupe.

Un des buts des ateliers théâtre est de progressivement faire prendre conscience au patient de ses potentialités, de ses capacités à évoluer au cours des exercices demandés, à persévérer.

Le contenu

L’atelier

L’espace de l’atelier est un lieu « hors-temps », où le jugement trop hâtif de soi-même ou des autres est proscrit.

C’est un lieu où tout est recevable,  où le patient peut se détacher de la peur du ridicule, du moment qu’il s’engage entièrement dans ce qu’il propose.

Il s’agit de faire comprendre au patient qu’il n’y a pas d’ « erreurs » au théâtre.

L’atelier permet de rencontrer l’autre dans un cadre protégé et agréable.

La notion de groupe est fondamentale dans ce travail. C’est le point de départ de toute tentative théâtrale et c’est un point primordial de l’éducation thérapeutique du patient obèse. Le groupe est un lieu de partage, d’effet miroir, où on apprend autant à prendre la parole devant les autres qu’à écouter.

Le corps

L’outil théâtral apporte également au patient une prise de conscience de son enveloppe corporelle. Chacun parvient à percevoir son corps comme un outil de travail et de jeu. Il s’agit, dans un premier temps, de réaliser que les positions, les attitudes, les postures du corps renvoient à certaines images conscientes ou inconscientes chez son interlocuteur. Cette prise de conscience donne un sentiment de maîtrise de sa propre enveloppe corporelle, qui devient un outil d’expression.

Les déclics

A la fin de chaque séance, un temps d’échange est prévu. Ce temps est d’une importance cruciale car il permet au patient d’exprimer ses sensations et de prendre conscience de sa progression.

Les bienfaits se ressentent parfois immédiatement lors de déclic pendant l’atelier, ou bien plus tard après tout un cheminement et une prise de conscience à retardement de leurs capacités. En effet, les patients arrivent souvent à vaincre leur timidité. Une patiente du réseau Marseille Diabète a affirmé avoir trouvé du travail grâce à l’atelier théâtre. Les patients parviennent également à respecter davantage les consignes et écouter les autres.

Lors des questionnaires et retours, on remarque que le patient est souvent étonné, surpris, de pouvoir accomplir des exercices dont il ne se sentait pas capable. Il apprend petit à petit à mieux se connaître, afin de pouvoir être mieux entendu, perçu, reçu, et se sentir capable de s’exprimer devant un groupe.

J’ai surmonté ma timidité. 

Olivier

 Je me suis surprise. Je ne pensais pas être capable de m’exprimer devant les autres. 

Régine

Je ne pensais pas avoir une telle émotion en venant ici. J’ai vécu une vraie rencontre avec des personnes. 

Marie

 Il s’est vraiment passé quelque chose. Avant  je croisais les gens sans les connaître. Ici, j’ai eu l’impression de vraiment rencontrer les personnes de l’atelier. 

Thérèse

C’est comme un monde à part. On est soi-même tout en étant quelqu’un d’autre.

Virginie